You are here

French Senate's Special Comission Rejects Criminalisation of Clients

Victory for sex workers in France!
 
ICRSE welcomes the withdrawal of the criminalisation of clients of sex workers from the law proposal that will be presented to the French Senate.
 
In the words of STRASS, the French Union of Sex Workers: “the Senate Select Committee has taken the time to organise real hearings, to listen to all points of view, including those of national and international health and human rights organisations and considered the evidence of the negative impact of the criminalisation of clients of sex workers.  Above all, the Senate Select Committee has taken into account the voices of those first concerned, sex workers themselves.”
 
This is a great victory for sex workers who have fought tirelessly against this law proposal not only in France but in every country where this dangerous approach has threatened our livelihood and our safety.
 
ICRSE hope that this victory in France will inspire sex workers to keep fighting for their rights and for organisations and policy-makers supporting the failed Swedish Model to really consider the growing amount of evidence against it, to follow the steps of the French Senate Select Committee and to abandon the criminalisation of clients in favour of the only human rights based approach to sex work: full decriminalisation."
 
 

Communiqué de press du STRASS

Victoire pour les travailleurSEs du sexe ! 

 

Le STRASS salue le retrait de la pénalisation des clients du texte de loi sur la prostitution qui sera présenté au Sénat. 

Au contraire des députés Olivier, Coutelle et Geoffroy, la commission spéciale du Sénat aura pris le temps d'organiser de vraies auditions, d'écouter tous les poins de vue, de prendre en compte les avis des institutions nationales et internationales de santé et de défense des droits humains ainsi que les preuves disponibles sur les effets néfastes de la pénalisation. Surtout, elle aura pris en compte la parole des premièrEs concernéEs, à savoir nous les travailleurSEs du sexe.

Nous continuerons de combattre l'idéologie prohibitionniste qui avec de faux chiffres et amalgames, instrumentalise nos souffrances pour justifier une pénalisation qui ne résoudra en rien les problèmes d'exploitation, de violences et de travail forcé.

Nous exigeons des députés qu'ils renoncent également à la pénalisation des clients, et adoptent le plus rapidement possible la dépénalisation du racolage (en inscrivant à l'ordre du jour la PPL Benbassa votée en mars 2013 si la PPL actuelle devait être enterrée).

Nous exigeons également la régularisation de touTEs les travailleurSEs du sexe sans papiers, le droit au changement d'état civil pour les trans, et une réelle politique de lutte contre la précarité et l'exploitation qui passe par la reconnaissance de nos droits.

Enfin, nous félicitons touTEs les travailleurSEs qui se sont mobiliséEs contre la pénalisation et pour faire entendre leur voix : bravo à vous touTEs ! La mobilisation paie. Nous encourageons touTEs les travailleurSEs à se syndiquer et rejoindre le STRASS pour remporter d'autres batailles comme celle que nous menons actuellement à Toulouse contre l'arrêté municipal interdisant notre présence sur la voie publique.